Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 avril 2006

Ernestine Chasseboeuf – Ernestine écrit partout, volume 3

Il semble d'après la presse locale qu’Ernestine Chasseboeuf a disparu depuis le mois de septembre 2005. Elle avait quatre-vingt-quinze ans et se préparait à cette échéance. Elle avait commencé une carrière littéraire six ans plus tôt en menant à coup de missives vengeresses deux combats principaux : la lutte contre le prêt payant en bibliothèque et la réhabilitation de Jean-Pierre Brisset, prince des penseurs et cousin de feu son époux.

Après la disparition d’une femme de lettres comme Ernestine, ses éditeurs ont cédé à la tentation de publier un dernier livre qui rassemblât ses inédits. Il faut le dire, ce volume n’ajoute rien à la gloire d’Ernestine. Nous nous trouvons face à des fonds de tiroir qui ressemblent comme des frères mal terminés à ce qui a déjà été publié dans les deux volumes précédents. La faute n’en revient pas à Ernestine, une femme de son âge ressasse volontiers. Quelques beaux échanges nous sont toutefois proposés, avec son ami et voisin Jules Mougin, avec le romancier Franz Bartelt ou avec le directeur du haras du Lion d’Angers. On y retrouve la verve, l'amitié et la rusticité qui nous enchantèrent chez Ernestine dans ses premières correspondances.

Une trop brève sélection de poèmes composant la deuxième édition de l’Anthologie de la poésie jardinière et primesautière tout à la fois complète utilement ce volume. Ne résistons pas au plaisir de lire parmi les strophes préférées d’Ernestine cette ode à l’artichaut :

Souvent, à Sainte-Aplate, les hommes du village
Plantent des artichauts, grandes fleurs de pleine terre,
Et suivent indolents, au pays c’est l’usage,
Les légumes qui poussent, sans devenir amers.

Jean-Charles Fondelaire-Effray (1863-1897)


La versification n’en est pas parfaite, parfaite, mais le souffle poétique nous emporte. Ernestine s’y connaissait. Peut-être plus en légumes qu’en poésie. C'est dire si sa lecture, surtout si on n'a pas lu ses premiers livres, s'impose.
Elle souhaitait finir incinérée et j'espère que mon billet vous trouvera de même.