Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 décembre 2006

Claude Roy – La famille Quatre cents coups

medium_400coups.JPG
Claude Roy (1915-1997), après avoir été fait prisonnier pendant la guerre, s’évade, rejoint la Résistance et adhère au Parti communiste. Dès 1942, il publie ses premiers recueils de poésies pendant qu’il collabore aux Lettres françaises clandestines. Il quittera le Parti communiste en 1956 après les événement de Budapest. La part de son œuvre consacrée à la jeunesse va jouer un rôle important dans les années 1970, et plusieurs de ses livres (Enfantasques, 1974 ou La maison qui s’envole, 1977) vont devenir des classiques scolaires. Mais c’est dès les années 1950 qu’il commence en réalité à écrire pour les enfants. La famille Quatre cents coups est son premier essai, réalisé en 1952 et publié en 1954 par les éditions du Sagittaire.
Dans la lignée de Babar, La famille Quatre cents coups est à l’origine un album domestique, créé à l’intention d’une jeune destinataire proche avant d’être imprimé et mis en vente deux ans plus tard. C’est pourquoi, comme dans Babar, le texte est manuscrit, écrit « en attaché », comme disent les enfants. Reprenant l’esprit et la technique déjà mis en œuvre par Max Ernst et Jacques Prévert, Claude Roy compose de petites scènes à l’aide de personnages découpés dans des ouvrages du début du siècle. Puis il écrit de courts textes, alliant le saugrenu au moralisme pour accompagner les images. L’ensemble du livre est assez décousu et fait se succéder diverses initiatives catastrophiques d’une sournoise petite Caroline, qui fait accomplir les sottises qu’elle imagine par ses frères et sœurs ou par les animaux qui l’entourent.
L’originalité principale de La famille Quatre cents coups est la judicieuse utilisation de serpentes de papier de soie rouge et blanc alternées, et d’un jeu de réserve et d’impressions qui font découvrir de nouveaux détails lorsqu’on tourne les pages. Ce dispositif sophistiqué, qui met en jeu trois papiers différents, deux couleurs d’encre, un emboîtage luxueux, fait de La famille Quatre cents coups un véritable ouvrage de bibliophilie dont quelques exemplaires seulement ont pu être sauvés des mains enfantines.

Commentaires

c'est une oeuvre très triche avec leur information et surtout la met ode de claude roy d'ecriture.

Écrit par : imen moncer | 19 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.