Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 juin 2006

Jean-Bernard Pouy - Fratelli

medium_014_big_fratelli_03.2.gif
Je connais Pouy depuis une quarantaine d'années. Bien avant qu'il devienne écrivain. J'en garde de cette époque l'image d'un petit jeune homme sec et drôle. Il était pion et moi lycéen. Je lui dois, comme d'autres, l'éveil à la culture, par l'intermédiaire du cinéma. Il s'occupait alors du cinéclub du lycée. En cinquième, je me souviens du choc produit par Le cuirassé Potemkine. Plus tard, j'étais alors en troisième ou en seconde, le cinéclub avait migré salle Robespierre, près du métro, il nous proposait des films comme Notre-Dame des Turcs de Carmelo Bene ou Oedipe-roi de Pasolini, propres à exalter nos rêveuses adolescences soixante-huitardes. Il a compté dans ma formation intellectuelle plus que la plupart de mes professeurs, et les conversations avec lui et quelques autres "rebelles" au Mickey-Bar (dont on retrouve la trace dans La belle de Fontenay) ont été à l'origine d'une persistante vocation de lecteur curieux.
Je pense avoir lu tous les livres de Pouy parus. Je n'ai jamais été déçu. C'est dire si j'aborde son dernier livre, Fratelli, sans préjugés. Jibé va-t-il enfin réussir à être mauvais ? Et bien, non, encore raté ! Fratelli est un court roman, sec, sans gras, qui suit deux personnages, deux frères. Ils sont sexagénaires et ne sont pas vus depuis quarante ans. L'un est resté au pays, en Sicile, l'autre est parti à New York. C'est le meurtre d'un troisième frère, plus jeune, par l'un des deux qui les a séparés. Quarante ans plus tard, le Sicilien rejoint New York pour règler définitivement les comptes. Deux personnages pris dans une vendetta absurde, tenus par un code d'honneur d'un autre âge. Le dénouement sera terrible, à la mesure de l'attente des deux frères.
La collection Carnets littéraires, où ce texte a paru, associe un écrivain et un illustrateur. Joe G. Pinelli est le peintre qui accompagne ce récit de ses images sombres et pâteuses. Le résultat, un beau petit livre, un petite heure de lecture funèbre et mon admiration intacte pour Jean-Bernard Pouy.

medium_dble_fratelli_01.gif

Commentaires

A l’Auditorium de la Halle St Pierre
Le 14 avril 2013 à 15h
Pour commémorer les cent ans et un jour de l’accession de Jean-Pierre Brisset au titre de Prince des Penseurs !
Mots à lier
Tarif unique :10€
http://www.hallesaintpierre.org/category/evenements/spectacles/
Réservation dès maintenant à la Halle St Pierre
par Tél. 01 42 58 72 89



Mots à lier : «Jean-Pierre Brisset un humour de grand style auquel l’auteur ne participe pas… » André Breton (anthologie de l’humour noir)
Cie ATEtc.
21 rue Hanipet
49124 ST BARTHELEMY D'ANJOU
http://atetc.fr atetc@laposte.net
06.88.31.57.52

Écrit par : Froutin | 30 mars 2013

Les commentaires sont fermés.